Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 15:58

Pour le sujet qui nous occupe, tout partit de San Francisco.

Uniquement de San Francisco. Premier départ… pour prendre, par la suite, après le relais des communes ou des expériences spirituelles, le départ de la Route des Indes..

En Europe, l’appel de l’Aventure avait  la Crète et Ibiza comme premiers relais. Tout comme, à une autre époque, la liberté se disait être en Angleterre : A nous les petites Anglaises !

Le phénomène, que l’on nommera « hippy », était plus vaste, plus international : « On venait de loin », comme dit la chanson devenue célèbre plus tard : « San Francisco…(…) C’est une maison bleue… » Et dans le texte, après, on entend : « Ils avaient fait un long parcours pour en arriver là » !

Mais « là » ce n’était pas encore très loin ; pas du tout « les Indes ». Les gens se regroupaient seulement, inconsciemment,  pour que les « idées » d’aventure trouvent leur « exutoire » réel, leur « chemin qui a du cœur » , comme écrivit Castaneda un peu plus tard (Voir, 1972).

Et je le répète : ce fut  surtout à Haight Ashbury, dans San Francisco, que tout le monde sentit alors de se rassembler ; chacun le sait aujourd’hui !…

Epoque 66, 67, 68… et que ce soit en France, ou que ce soit dans d’autres pays, on ne parlait pas de l’Inde ! Ou uniquement pour évoquer certains sages qui commençaient à être traduits en France :  Spiritualités, Mythologie hindoues, par Jean Herbert, la revue Yoga de Van Lysebeth,  Sri Aurobindo (même si Planète en avait parlé en 60 ou 61 !), les ouvrages de Lobsang Rampa (56) et de David Neil qui parlaient du Tibet « mystérieux ».

L’image était vague, même pas sentimentalisée…

Le « paradis », c’était plutôt les cocotiers, les lagons des publicités… Le mythe de Tahiti !

 

Lorsque les Tibétains ont fui pour aller en Inde, en 68, le nom de ce pays commença à être popularisé. Voyez ! Lorsque j’ai pensé à notre rencontre d’aujourd’hui pour évoquer ce voyage en Inde, j’ai écrit à certaines personnes qui y étaient à cette époque ; elles sont rares ; regardez ce qu’en disent les sites sur ce sujet… Rares eux aussi ! Et j’ai reçu la lettre d’Alain Duval, via sa compagne… Lui , directeur d’une Alliance française, est décédé depuis plusieurs années ; mais j’ai encore quelques-unes des missives qu’il m’envoyait pendant son voyage et qui aidèrent quelque peu ma propre décision d’y partir aussi, quelques années plus tard. Celle-ci  nous dit : « On part en Inde, parce qu’on sait qu’on va retrouver les Tibétains qui vont en Inde à ce moment là. »

 

Partager cet article

Repost 0
Published by sur-la-route-des-indes-des-hippies-pendant-les-70s
commenter cet article

commentaires