Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 20:06

Ajoutera-t-on le Kama Sutra dans cet énoncé des possibles étincelles qui, venues d’Inde, finirent par allumer le feu du désir d’aller voir sur place ce qu’il en était ?

Oui ! Le Kama Sutra a eu de l’influence ; à mon avis, ce devait être en 67, 68, quand il y a eu la pilule pour les femmes en Australie, et alors, à ce moment là, tout le monde (… des dits « intellectuels) s’est intéressé à ce texte ; pour pratiquer les différentes pauses exposées, ou seulement les dessiner. Mes constats, à cette époque, sur ce sujet, étaient que, tout comme la méthode Karessa auquel il était parfois lié, cet intérêt correspondait seulement, mais également, à la toute nouvelle « liberté sexuelle » !

C’était un autre clin d’œil, dans certains milieux, qui évoquait l’Inde, mais, encore une fois, sans que se fasse le rapprochement réel, conscient, entre  cet ouvrage et un voyage possible vers ce pays.

Et sans faire allusion véritablement aux Hippies ; les cheveux longs, par exemple, en Nouvelle Calédonie, faisaient naître l’image des Beatles ; pas des Hippies…

Ah les Hippies ! Il ne faut pas oublier ce qu’on disait en France sur les Hippies.

 

Mais ce pays était en puissance ;  « dans l’air » ! Et lorsque les Hippies américains commencèrent à en parler, que des « intellectuels »  s’y rendirent  pour y  puiser la spiritualité à  rapporter et faire connaître aux USA, en changeant parfois de personnalité et même de nom  (en 67, Richard Alpert, le psychologue de Harvard devenu Ram Dass, entre autres)… ce fut le signal de départ !

En France, les Flower children ne touchèrent longtemps que par leur côté folklorique…

Je fus le premier à écrire un article à ce sujet  sur le  Journal Calédonien ; parce que j’avais lu dans Elle et dans Newsweek de 67 un article sur eux : les dénigrant !... Infect ! 

L’article, on le voit sur mon Site, valorisait tout de suite Johnny Halliday qui se « déguisait » alors en hippy, tout comme  Brigitte Bardot. Parodie !  Folklore ! Certes son interprétation de la  célèbre chanson était meilleure que celle de Scot Mackensy : « If you go to San Francisco ». Mais l’article ne volait pas haut : stupide, même : «  On ne doit pas porter de jugement », y  lit-on ; puis : « c’est tous des gens qui »… ceci, qui cela, « qui prennent des drogues »…

Et là, je vous assure, que, de 1968 jusqu’au début de 72, on peut dire qu’il n’y avait pas de drogues parmi les gens qui faisaient la Route ; entre l’Australie et la France !  Je rabâche : Les gens y allaient pour la spiritualité ! Et même à Katmandu où je me souviens maintenant du magasin célèbre, sur la place, au bout de Freak Street 

J’ai regardé sur internet où l’on dit La drogue était libre à Katmandou… Mais, comme je l’ai dit, je n’ai pas vu fumer sur la Route,  ni dans les villages du Népal… ni ailleurs en Inde !

Certains en fumaient certainement  (la vente était libre encore, jusqu’en 76). Mais, je le répète : cela ne se voyait absolument pas…

Je n’ai aucun souvenir de cigarettes dans les deux cafés de Freak Street, ni je ne vois de joints circulant dans la Maison des Hippies près du temple… J’ai pourtant bien examiné les photos que j’avais faite et que je  viens de retrouver… Regardez-les sur mon Site !

Par contre, la police faisait des descentes dans l’hôtel des hippies de Bangkok ; et dans les  crash-pads de Sydney ! Et, en 71, en Australie, les champignons hallucinogènes étaient connus de certains, puisque poussant partout dans le Nord du pays. Du haschisch fumé au Pop festival de Wallacia, également, mais uniquement par quelques musiciens… Mais nulle part, la « mode » de la défonce… Je l’ai déjà mentionné !

Et par contre également, beaucoup d’alcool était consommé à Calcutta par les Hippies que j’ai pu rencontrer  dans les hôtels de fortune ; avec les problèmes de foie annexes…

Une aventure à ce sujet : un hippy français (ou néo-calédonien ?) cherchait à se procurer du haschisch à Delhi ; un enfant des rues, comme il en était tant, lui propose de l’emmener chez un ami (on ne disait pas « dealer » à l’époque)… et il se trouve dans une famille qui lui propose seulement , et bien alignées… toutes ses filles ! On le voit : les drogues n’étaient pas à la mode !

 

 

Népal+Nag..                      Nepal (Nargakot)                                                                                                                                                              

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by sur-la-route-des-indes-des-hippies-pendant-les-70s
commenter cet article

commentaires

DIDIER MAJOIE 17/01/2017 00:26

Je me permets de vous citer le livre que j’ai écrit et que je vends sur Amazon, Kindle Edition. Si cela vous interesse, vous pouvez en lire un extrait. J’aimerais pouvoir partager mon experience et mes voyages quand j’avais 17 ans dans les annees 60-70, c’est pour cela que je fais paraitre mon livre sur Amazon. Pour plus d’informations et dialoguer: didiermajoie@aol.com

RETOUR AUX ORIGINES: LE CHEMIN DE LA VÉRITÉ (French Edition) Kindle Edition
Ce récit repose sur la réalité de mes expériences d'héritier de Kerouac quand, en 1965, à 17 ans, j’ai décidé de prendre la route en laissant mon monde derrière moi. J’ai sillonné le monde entre Europe et Asie à la recherche de moi-même, et des autres. Ce sera un plaisir pour moi de partager avec vous cette saga, originale et toujours contemporaine, mi- polar de voyage, mi- littérature qui soigne l’âme, écrite dans un style interactif et ludique, sans oublier une certaine poésie de la vie. Didier Majoie

Lien sur mon livre sur Amazon.fr
https://www.amazon.com/RETOUR-AUX-ORIGINES-CHEMIN-V%C3%89RIT%C3%89-ebook/dp/B01JSYNMQC/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1484608683&sr=8-1&keywords=DIDIER+MAJOIE